Glossary

G


GROUPE DE SOUTIEN LOCAL


Afin d’assurer un impact des activités d’échange sur les pratiques et politiques locales, tout partenaire d’un projet URBACT s’engage à mettre sur pied et à animer un Groupe de Soutien Local URBACT.

Ce groupe réunit les principaux porteurs d’intérêt et acteurs locaux concernés par la thématique du projet et les problèmes que le partenaire cherche à résoudre : élus locaux, représentants de différents départements de l’administration locale, associations, représentants des habitants/ usagers, etc.

Le Groupe de Soutien Local URBACT contribue à la mise en œuvre des activités transnationales (production/ validation d’études de cas par exemple) et à la production du Plan d’Action Local (lien vers Glossaire) que chaque partenaire doit élaborer en résultat de sa participation au programme.

Par exemple : le Groupe de soutien local de la ville de Rotterdam (projet My Generation + lien vers site projet) est composé de 14 personnes :

  • 6 personnes de la Ville de Rotterdam (2 pour le département Jeunesse, éducation et société, 2 pour le département Sécurité, une pour le bureau central des jeunes, une pour le centre de développement urbain)
  • 4 jeunes (du conseil des jeunes de la ville notamment)
  • Un membre d’une association d’éducation
  • Un représentant du « Point service employeurs ».


GROUPE DE TRAVAIL


Un projet URBACT peut être soit un Réseau thématique (lien vers entrée glossaire), soit un Groupe de travail. Un Groupe de Travail réunit des autorités publiques (régions, villes, universités et centres de recherche, etc.) autour d’activités transnationales d’échanges et d’apprentissage sur une problématique du développement urbain intégré durable. Les partenaires organisent des séries de rencontres thématiques au cours desquelles ils partagent leurs expériences, leurs connaissances, leurs pratiques, etc. pour en tirer des enseignements et améliorer l’efficacité de leurs politiques.

Un Groupe de travail se différentie d’un Réseau Thématique (lien vers glossaire) par :

  • sa composition : 6 à 8 partenaires (lien vers entrée glossaire), provenant d’au moins 3 Etats différents. Au moins deux partenaires doivent être des villes. Le chef de file doit être une autorité publique mais pas forcément une ville comme c’est le cas pour un Réseau Thématique. Le partenariat d’un Groupe de travail est ainsi plus varié que celui d’un Réseau centré avant tout sur les villes.
  • sa durée : 24 mois maximum, avec une phase de développement (lien entrée glossaire) de 4 mois et une phase de mise en œuvre (lien entrée glossaire) de 20 mois maximum.
  • son budget : entre 150 000 et 300 000 euros, auxquels s’ajoute une enveloppe d’expertise de 50 000 euros (soit 66 jours d’expertise).

Chaque partenaire s’engage, en lien avec les activités d’échange et d’apprentissage mises en œuvre au niveau transnational, à élaborer un Plan d’Action Local (lien vers entrée glossaire) avec l’appui de son Groupe de Soutien Local (lien vers entrée glossaire).