You are here

Mouans-Sartoux: l'une des bonnes pratiques sélectionnées

25 July 2017

Développer le 100% local dans les écoles de la ville!

Mouans-Sartoux (MS) est une ville de 10 000 habitants située sur la Côte d’Azur en France. En 1998  les élus ont pris conscience du lien entre les problématiques de nourriture, de santé et d’environnement. Suite à l’épisode de la vache folle, du boeuf biologique a été introduit en restauration scolaire. Les élus se sont ensuite engagés dans un projet global de restauration scolaire pour lancer une politique alimentaire territoriale. En 2005, la ville est devenue Ville Active du Programme National Nutrition Santé (PNNS) et a ainsi introduit une plus grande quantité de fruits, légumes et céréales complètes dans les menus de la restauration collective. Cependant, augmenter la part de légumes dans les portions servies signifiait augmenter également la dose de pesticides.


Ceci est une des raisons pour laquelle la ville a décidé de se tourner vers une alimentation issue de l’agriculture biologique. Depuis 2012, 100% des aliments servis dans les cantines de Mouans-Sartoux sont biologiques. Mais comme cela n’avait aucun sens d’acheter des produits biologiques cultivés à l’autre bout du monde, la ville a modifié le cahier des charges de ses marchés publics afin que les producteurs locaux puissent y répondre. Devant le manque d’offre locale, une régie municipale agricole fut créee en 2010 et deux agriculteurs furent embauchés afin de produire des légumes biologiques pour les cantines. Cette régie couvre aujourd’hui 85% des besoins des 3 cantines scolaires, représentant 1000 repas/jour. Actuellement 60% des aliments sont locaux (niveau régional). Diriger l’approvisionnement vers des produits biologiques n’a pas engendré de surcoût financier, les coûts additionnels étant contrebalancés par la production de la régie municipale agricole d’une part (pour les légumes) et par des économies financières d’autre part, liées à une réorientation des marchés publics, à une gestion commune des trois cantines et à une réduction considérable du gaspillage alimentaire (baisse de 80%). Celle-ci a débuté en 2010. Aujourd’hui dans les cantines de MS seulement 30g sont jetés par repas, contre 150g (moyenne nationale). Depuis 2013, les trois cantines de MS sont labellisées “niveau 3” par Ecocert, plus haut niveau possible.


Les repas 100% bio et locaux servis tous les jours dans les écoles de MS ont été un élément déclencheur pour mener une réflection globale sur une politique territoriale alimentaire durable. Au travers de la MEAD (Maison d’Education à l’Alimentation Durable), créee en octobre 2016, la ville poursuit son travail sur les systèmes agricoles et alimentaires locaux ainsi que sur l’éducation. Le développement d’une branche agro-alimentaire durable au niveau territorial fait partie de la stratégie de la ville (et correspond à l’objectif du groupe local URBACT AGRI-URBAN). La région de Mouans-Sartoux est caractérisée par une forte pression foncière et une importante expansion urbaine. En 2012, le Plan Local d’Urbanisme (PLU) fut modifé afin de tripler la superficie agricole de la commune (de 42 à 112 hectares). Ce document est rattaché à l’Agenda 21 de la ville (2010), qui définit 21 orientations et 70 actions en rapport avec la bonne pratique (voir la section Matériel). Par ailleurs, un soutien financier municipal aux producteurs Bio locaux aidera à palier la perte d’exploitations et le manque d’offre locale.

En 2014, un producteur en agriculture biologique a bénéficié de ce financement (12000€) pour installer son exploitation à MS. Cette politique participe à l’économie locale et à la protection des emplois au travers de tous les maillons de la chaîne agro-alimentaire. Grâce aux conditions propices de de Mouans-Sartoux (forte implication et soutien aux actions durables de la part des citoyens) une épicerie “Zéro déchets” ne vendant que des produits biologiques, locaux et sans emballages a vu le jour en 2016 (création de 2 emplois).Un facteur-clé du succès de ce projet est la responsabilisation et l’autonomisation de la population. Les citoyens s’approprient le projet et mènent des actions conduites par une même vision du développement durable. Afin de développer des systèmes agro-alimentaires durables et judicieux la ville est impliquée dans plusieurs actions d’éducation (évènements, festivals, ateliers…), suscitant une prise de conscience des liens existant entre alimentation, agriculture, santé et environnement. Le Projet Educatif Local (PEL) de la ville de de Mouans-Sartoux contient 5 axes et 70 actions pour une approche participative afin de mener des actions pédagogiques au niveau de la ville. Les objectifs sont d’être à l’écoute des besoins des enfants et des jeunes, mais aussi de promouvoir un mode de consommation sain et durable.

Par ailleurs, l’Observatoire de la restauration durable de  Mouans-Sartoux, crée en 2012, a pris la mesure des évolutions des comportements alimentaires des familles au travers de deux enquêtes menées en 2013 et 2016 et a assuré un suivi des étapes et accomplissements du projet. Les résultats ont montré des changements de comportements significatifs, davantage orientés vers des habitudes alimentaires plus saines et durables: en 2016, 85% des parents ont modifié leurs pratiques alimentaires vers une alimentation plus locale, biologique et bonne pour la santé; 13% d’entre eux mangent intégralement bio (une proportion qui a doublé en 3 ans), 75% prennent en compte l’origine du produit. 63% des familles déclarent manger souvent bio. 31% des parents font leurs achats directement chez le producteur une fois par semaine et 20% vont au marché de façon hebdomadaire. 99% des parents ayant répondu à l’enquête sont satisfaits de la politique de la ville concernant la restauration scolaire. Les familles ont commencé à adopter au foyer certaines bonnes pratiques alimentaires encouragées par  Mouans-Sartoux (moins de gaspillage, plus de produits locaux et bio, moins de sucre et de graisses saturées…).

Pour la ville de Mouans-Sartoux, faire partie de réseaux spécifiques au niveau national ou international (Un Plus Bio, AGRI-URBAN, Programme Système Alimentaire Bio-OFSP-) est également une opportunité pour faire évoluer le projet et partager ses bonnes pratiques.