You are here

Egalité des sexes - plus facile à dire qu'à faire ?

Edited on

29 November 2018

L’égalité des sexes est devenue l’un des tendances politiques de 2018, ce qui a incité les institutions du monde entier à examiner de plus près les interactions entre hommes et femmes dans les sphères personnelle, professionnelle et publique. Mais qu'est-ce que cela signifie pour les villes européennes?

La nouvelle initiative URBACT, Gender Equal Cities, visait à apporter des réponses à cette question complexe lors du Festival URBACT de la ville de Lisbonne au mois de septembre 2018. Au cours d'un walkshop d’une demi-journée, nous avons procédé à une analyse en direct de la ville en demandant comment et pourquoi les hommes et les femmes perçoivent l'espace public différemment. Et surtout, que peut-on faire pour créer des villes sûres, inclusives et respectueuses de l’égalité des sexes ?

Alors que nous partions dans la chaleur de la matinée, la ville de Lisbonne se déployait autour de nous dans toute sa complexité de genre : des femmes âgées traînaient dans les rues pour faire les magasins, prenant des pauses, appuyées contre les murs blanchis à la chaux, cherchant un peu d’ombre. Une des nombreuses jeunes conductrices de tuk-tuk sifflait. Elle guidait un groupe de touristes à travers le trafic chaotique de tramways, des autobus et des voitures, qui étaient presque tous conduits à l'inverse par des hommes. Les ouvriers du bâtiment et les policiers occupaient le trottoir en fumant leur cigarette de 11h. Souvent, leur regard la suivait. Alors qu'elle se déplaçait sur les places publiques, les mères avec enfants jouent au pied des statues des militaires et du passé colonial. La conductrice de tuktuk n'avait peut-être même pas conscience de l'impact que cet environnement avait pu avoir sur ses ambitions, ses intérêts ou ses finances. C’est peut-être une perspective moins souvent considérée de la vie urbaine et une perspective que la nouvelle initiative d’URBACT, Gender Equal Cities, cherche à explorer.

La ville "genrée"

Nous savons que les villes sont le niveau de gouvernement le plus proche des besoins quotidiens des citoyens. Elles constituent souvent le plus gros employeur local et exercent un contrôle important sur les services publics. Tous ces facteurs offrent des possibilités d'action pour surmonter les inégalités entre les sexes, mais une courte promenade à travers la ville a révélé que des obstacles persistaient.

En raison d'un faible éclairage des rues, les femmes pourraient ne pas se sentir en sécurité face aux stéréotypes négatifs reproduits par la publicité sexiste ; depuis les statues publiques célébrant le machisme à la mobilité qui donne la priorité aux véhicules motorisés aux piétons ; il n’est pas difficile de voir comment les femmes handicapées, les parents et les personnes âgées pourraient être en situation compliquée en ville. Identifier ces problèmes est toutefois la première étape nécessaire pour les résoudre. Les 40 professionnels européens de la ville qui ont participé à notre promenade autour de Lisbonne ont partagé leurs points de vue, reliant souvent leurs observations à des expériences vécues dans leur ville. Au cours de la séance de restitution, certaines femmes ont parlé des stratégies qu'elles ont développées pour se déplacer en toute sécurité dans la ville, par exemple, éviter différentes rues, emprunter des itinéraires plus longs et modifier leur propre comportement, en s'habillant différemment pour éviter le harcèlement ou la violence. Un groupe a souligné la différence de représentation des femmes et des hommes dans les espaces publics, soulignant que les routes portent souvent le nom d’hommes célèbres et que les seules femmes qui paraissent dignes de noms de rue sont les saintes et les reines. Un autre groupe a débattu de la perspective de genre du boom touristique très visible de Lisbonne. À qui appartiennent les actifs désormais capitalisés via Airbnb ? Quels types d'emplois sont créés pour les femmes ? Que fait-on à propos de la réduction de l'espace pour les familles dans le centre-ville ?

Participation : une place à toutes les tables

Le Walkshop a démontré la nécessité d’une approche participative de la planification, sensible au genre. Les ONG portugaises présentes, parmi lesquelles la Plateforme portugaise pour les droits des femmes, Femmes sans frontières et l'Association nationale des femmes architectes, ont souligné que les villes devaient plus souvent atteindre les femmes afin de reconnaître l'expertise particulière en matière d'égalité des sexes qu'elles pouvaient apporter, dans tous les domaines politiques. Les ONG travaillent en étroite collaboration avec des femmes de tous les horizons, groupes socio-économiques et âges. Elles sont particulièrement bien placées pour les consulter sur leurs besoins en ville. Il s’agit essentiellement d’une question de représentation : les expériences et les opinions des femmes doivent être représentées dans les administrations locales et dans la planification pour concrétiser leur « droit à la ville ». Ce besoin fondamental de représentation, de consultation et de données ventilées par sexe a été souligné par tous. Ce sont des processus que la société civile est souvent particulièrement bien placée pour soutenir.

Grâce à l'exemple de la bonne pratique URBACT d'Umea (Suède), nous savons à quoi cela ressemble dans la pratique et que cela fonctionne : pour aider les femmes à récupérer les espaces sportifs publics, la ville a mené une consultation exhaustive et a découvert que des espaces réservés aux femmes sont parfois nécessaires. Comme le souligne le point national URBACT de Suède, des choses simples comme augmenter l’éclairage des rues et abaisser les bancs des parcs sont des moyens peu coûteux et faciles pour démocratiser l’espace public en tirant les enseignements de l’expérience de terrain. Lesblg femmes de la Plateforme portugaise des droits de la femme, l’Association des femmes dans l’architecture et Femmes sans frontières ont également souligné que cette relation devait être mutuelle : pour réaliser l’égalité des sexes, les ONG ont besoin des villes autant que les villes ont besoin du secteur associatif.

« Nous ne pouvons pas parler uniquement des ONG qui s’intéressent aux villes, les villes doivent aussi s’adresser aux ONG », Alexandra Silva, Plateforme portugaise des droits de la femme

Relier les points : la gouvernance multiniveau est importante

Pour trouver des solutions aux défis observés à Lisbonne et prévalant dans la plupart des villes européennes, nous avons entamé une discussion sur le rôle des cadres locaux, nationaux et internationaux. Nous avons eu la chance d’être rejoints par des représentants régionaux de réseaux européens, dont URBACT et le Conseil des régions et des communes d'Europe (CCRE), des hommes politiques locaux et des groupes nationaux de femmes. Teresa Vicente, responsable de l’égalité à Cascais, signataire de la Charte européenne pour l’égalité du CCRE, a expliqué comment leurs travaux sur la formation à la communication sensible au genre et sur la lutte contre la violence domestique rejoignent le mouvement mondial de défense des droits des femmes. Le message était clair pour chaque acteur : nous avons besoin les uns des autres. Nous devons travailler ensemble et nous soutenir mutuellement.

Pour que l'égalité des sexes aie du sens, soit durable et englobe de multiples axes de discrimination, nous devons être plus intelligents en reliant les initiatives locales aux réseaux européens et mondiaux. Des documents tels que la Charte pour l’égalité du CCRE, ainsi que l’ODD 5 sur l’égalité des genres, démontrent la volonté politique nécessaire au plus haut niveau pour maintenir l’élan acquis et responsabiliser les villes en matière de promotion de l’égalité des sexes. Au Walkshop, il est devenu évident que les villes ont un rôle à jouer dans la traduction de ces documents pour leurs citoyens, en supprimant les barrières de langage ou de jargon et en mettant en œuvre leurs messages dans le contexte local. Les réseaux et les échanges au niveau national peuvent également promouvoir l'apprentissage de ce qui fonctionne pour créer l'égalité des sexes dans différents contextes culturels.

Des villes pour tou(te)s

La ville dispose de nombreux outils à utiliser dans la poursuite de l'égalité des sexes. Les 30 articles de la Charte européenne pour l'égalité du CCRE expliquent clairement les actions concrètes que les villes peuvent entreprendre. En tant qu’employeur, elle peut donner la priorité à l’égalité de rémunération, au travail flexible, à la progression de carrière des femmes ; en tant que prestataire de services publics, la ville peut consulter les femmes pour s’assurer que les services sont conçus pour répondre aux besoins de tous les citoyen(ne)s ; et en tant qu'éducateur, elle peut jouer un rôle essentiel dans la déconstruction des stéréotypes de genre négatifs.

Ce que nous avons appris à Lisbonne, c’est que lorsque nous ouvrons les yeux, nous trouvons des preuves tout autour de nous de la raison pour laquelle et de la manière dont la ville est « genrée ». Nous avons également appris que la ville joue un rôle clé mais ne peut agir seule. En devenant un intermédiaire efficace entre les objectifs mondiaux, l'agenda européen, les politiques aux niveaux national et local, l'activisme au niveau local et les femmes elles-mêmes, les villes peuvent progresser vers des villes inclusives pour tous.

Texte original par : Jenna Norman et Sally Kneeshaw

Traduction : Zoé Lejeune